«Nous suivons notre propre voie.»

Martin Jucker réfrigère baies et légumes de la Ferme des asperges, à Rafz, sans recourir aux combustibles fossiles. Cette possibilité lui est offerte par un système énergétique bien pensé et pourvu d’un accumulateur intelligent. Asperges et électricité, toutes deux sont produites localement dans la ferme de Martin Jucker.

Portrait Martin Jucker

Martin Jucker, agriculteur innovateur

Bourgeon (Bio Suisse), Suisse Garantie, Naturaplan, les écolabels foisonnent chez les détaillants. Qu’est-ce qu’un produit durable?

Pour moi, la durabilité n’est pas un label, mais une vision à long terme. Il est important de considérer le bilan écologique dans son ensemble. Selon moi, la condition préalable à une production durable est l’abandon des combustibles fossiles. Supposons que nous ne pulvérisions plus de pesticides dans les champs. Pour parvenir au même résultat, il nous faudra travailler notre champ trois à quatre fois avec un gros broyeur. Mais, celui-ci est souvent attelé à un tracteur diesel. Cela augmente les émissions de CO2 de la production. Afin d’éviter de telles interactions, nous nous sommes fixé pour objectif de ne plus utiliser de combustibles fossiles à partir de 2025 dans la Ferme des asperges de Rafz.

Comment comptez-vous y parvenir?

Tout d’abord, nous avons réduit la consommation d’énergie en rénovant l’enveloppe du bâtiment de l’ancienne ferme. Le chauffage n’est plus alimenté par du mazout, mais par une pompe à chaleur et par la chaleur résiduelle des systèmes de réfrigération. Cela permet que se développe un cycle durable. Nous avons créé un concept énergétique spécialement pour la Ferme des asperges. Il inclut une installation photovoltaïque avec laquelle nous produisons de l’électricité solaire, et nous passons lentement à l’électromobilité, même pour les tracteurs.

Produits du magasin de la ferme

L’offre de la boutique change à chaque saison. Au printemps, on y trouve des asperges, très populaires, et des herbes fraîches pour les jardins et les balcons.

Vous dirigez une ferme d’expérimentation qui dispose d’un magasin, de restaurants et qui propose des événements. Est-ce ainsi que vous subventionnez votre production, plus coûteuse?

Non, nous suivons sciemment notre propre voie: aujourd’hui, les gens vivent dans des zones résidentielles de plus en plus denses. C’est pourquoi ils ont grand besoin de recharger leurs batteries dans la nature.

Je considère également qu’il est de notre responsabilité sociale de leur offrir cette opportunité.

Les gens sont-ils prêts à débourser plus pour vos produits?

Nos produits convainquent par leur goût, et sont bons pour la conscience. Nous ne payons pas pour en faire la publicité, mais nous gagnons de nouveaux consommateurs grâce aux recommandations des clients existants. Et comme notre chiffre d’affaire augmente lentement mais avec constance, je pense que nous sommes sur la bonne voie.

 

Martin Jucker est président du conseil d’administration de Jucker Farm AG et membre de la direction. Il a passé avec succès l’examen de maître-arboriculteur et a suivi plusieurs formations continues en gestion d’entreprise. En 2000, il participe à la fondation de Jucker Farm AG, qui a reçu plusieurs distinctions.

La Ferme des asperges vue d’en haut

L’installation photovoltaïque sur le toit de la ferme produit environ 170 000 kilowattheures d’électricité par an.

À propos de la Ferme des asperges

La Ferme des asperges est l’une des quatre fermes d’expérimentation de Jucker Farm AG. La Ferme des asperges, c’est «là où poussent les asperges, où mûrissent les myrtilles et où sont récoltées les citrouilles.» Une proportion considérable des légumes et des baies utilisés dans la cuisine, la boulangerie et la manufacture de Jucker Farm proviennent de la ferme de Rafz. Le magasin de la ferme propose des fruits et des légumes, et l’on peut aussi y acheter du pain cuit sur place au four à bois.

Asperges et électricité produites localement

Lorsque Martin Jucker réfléchit à agrandir la Ferme des asperges en 2017, il est confronté au défi de l’approvisionnement énergétique. Le raccordement existant à la centrale électrique locale ne suffit pas à couvrir les besoins en énergie des nouveaux systèmes de réfrigération.

La solution conventionnelle? Un nouveau raccordement. Mais Martin Jucker veut gérer une ferme durable, rentable et indépendante du point de vue énergétique. Il souhaite à l’avenir l’exploiter sans avoir recours à des combustibles fossiles. En collaboration avec Energie 360°, il investit donc dans une solution complète et durable plutôt que dans un nouveau raccordement. C’est désormais une installation photovoltaïque qui alimente la ferme en électricité, depuis le mois d’avril. Quiconque achète des asperges à la ferme de Rafz le sait: ce sont non seulement les légumes mais aussi l’électricité qui sont produits localement.

Découvrir un cycle durable

Lire les données techniques

Découvrir la Ferme des asperges

Laisser un commentaire*