Le laboratoire d’innovation se transforme

Les laboratoires d’innovation sont une tendance mondiale qui s’est progressivement établie en Suisse également, et il n’est donc guère surprenant qu’Energie 360° possède aussi son propre groupe de réflexion. Les bases en ont été jetées il y a environ trois ans avec SES, abréviation pour Smart Energy Services. Beaucoup de choses ont changé entretemps, et SES est devenu lab360.

Entretien avec Philipp Meisel, le nouveau directeur du laboratoire d’innovation, sur le sens et la finalité des groupes de réflexion internes aux entreprises, et sur l’avenir numérique.

 

Philipp, vous faites partie du laboratoire d’innovation presque depuis ses débuts, il y a trois ans. Pouvez-vous nous parler de votre travail quotidien?

Tout d’abord et avant tout, nous voulons générer des avantages pour nos clients. Il s’agit de savoir lequel de ces avantages est suffisamment approprié pour trouver des acquéreurs. Le laboratoire d’innovation travaille avec souplesse. À côté de la numérisation – qui est presque le fondement du lab360 et des autres laboratoires d’innovation – la coopération représente également un facteur décisif. Cette dernière ne se déploie pas seulement vers l’extérieur, mais aussi au sein de l’entreprise.

 

Quels ont été les projets et les jalons importants ou déterminants?

La solution Smart Energy Link, start-up lancée début 2018, est un projet transversal résultant de l’ensemble de nos travaux qui a été mis en œuvre avec succès. Il s’agit d’un pilotage intelligent qui optimise le flux d’énergie des productions propres. Il se trouve au fondement d’une communauté d’autoconsommateurs. L’e-Kaufswägeli est l’un de nos autres projets. Cette offre d’autopartage en coopération avec Sharoo débutera à l’automne une nouvelle phase. Pour la mener à bien, nous avons entamé un partenariat avec BMW. Outre l’avenir de la mobilité, nous travaillons également sur des solutions intelligentes pour la maison. C’est dans ce cadre qu’a été développé Smartacus, le système Smarthome d’Energie 360°, qui a également fêté l’an dernier son lancement sur le marché.

 

Tobias Stahel a été le premier directeur du laboratoire d’innovation. Il est désormais CEO de Smart Energy Link, et vous avez pris sa suite. Qu’est-ce qui a changé depuis lors?

Il y a eu quelques changements. Notamment le fait, et non le moindre, que toute notre équipe a été reconstituée. C’est ce que nous avons voulu rendre visible pour l’extérieur, en évoluant de Smart Energy Services vers lab360. En plus de quoi nous avons, bien sûr, beaucoup de nouveaux projets en cours. À la fin du mois d’octobre par exemple, nous nous questionnerons sur la façon de donner à la mobilité du futur un caractère durable. Notre avis sur cette question tient en un mot: virtuellement. Nous nous réjouissons d’avance des discussions passionnantes qui auront lieu avec les participantes et les participants.

 

Quelle est votre perspective pour le lab360?

Le laboratoire doit contribuer à l’avenir d’Energie 360° SA d’une manière tangible et fructueuse. Nous essayons de développer de nouvelles prestations, puis de les tester par des itérations très rapides. Nous favorisons la vitesse grâce à des processus allégés, des méthodes de travail souples et une approche extrêmement ciblée.

De plus, nous imaginons les choses en grand (think big) tout en commençant petits, par l’exploration. Nous voulons devenir l’un des laboratoires d’innovation les plus performants de Suisse. En bref, nous créons ensemble dès aujourd’hui l’avenir numérique et rentable d’Energie 360°.

 

Philipp Meisel est directeur du lab360, le laboratoire d’innovation d’Energie 360°. «Nous recherchons sans cesse de nouvelles idées et de nouveaux défis afin de créer des avantages pour nos clients.»

Philipp Meisel

Laisser un commentaire*